La biodiversité à la Roche aux Fées

Concilier l'accueil des publics et la biodiversité à la Roche aux Fées

Depuis 2018, dans un souci de l'espace naturel que constituent les abords du dolmen de la Roche aux Fées, les espaces sont gérés de manière différencier.

Ce procédé permet de protéger à la fois les espèces végétales et animales ainsi que les sols. Cette pratique se répand un peu partout mais nécessite quelques explications.

La gestion différenciée sur le site de la Roche aux Fées

La différenciation des espaces permet de gérer l'entretien en fonction des besoins pour l'accueil sur le site. La propreté du site est importante pour l'accueil des visiteurs

mais pour protéger la faune et la flore du site il faut limiter le piétinage et l'érosion des sols.

Le site est ainsi entretenue différemment aux abords du dolmen et des espaces majoritairement utilisés par les visiteurs

et des espaces en herbe peu utilisés par les visiteurs, servant d'écrin paysager.

Il s'agit donc ici de faire cohabiter plusieurs objectifs qui peuvent nous paraître antinomique

  • l'accueil des publics dans un lieu propre et agréable, facilement accessible et esthétiquement appréciable
  • la protection de l'environnement tel qu'il est actuellement sans le dégrader c'est-à-dire accentuer son érosion
  • le développement de la biodiversité présente sur le site et qui à besoin de son environnement naturel pour croître

Cela sous-entend d'accepter des pratiques nouvelles autour de monuments et de lieux d'accueil qui jusqu'ici peuvent être perçus négativement, comme un manque d'entretien.

Pour sauvegarder la biodiversité et le sol il faut faire l'effort d'accepter une végétation et une végétalisation plus importante sur certains points du site mégalithique de la Roche aux Fées. C'est aussi repenser la gestion du végétal en réfléchissant à l'impact sur la biodiversité d'une gestion trop stricte de la végétation.

La différenciation de ces espaces crée sur une partie de l'année une jachère qui au printemps donne naissance à une jachère fleurie, pleine de formes et de couleurs rappelant les tableaux de certains maîtres de l'impressionnisme et même d'un peintre local, Edouard Mahé, qui a pu venir s'inspirer de ces couleurs pour ces toiles.

 

Comment cela fonctionne ?

L'entretien

Les lieux de passage des visiteurs comme les abords directs du dolmen, l'accès à la maison de la Roche aux Fées et le pourtour des tables de pique-nique sont tondus régulièrement. Cette tonte donne un aspect net et propre aux espaces directement sollicités par les visiteurs.

Les espaces plus éloignés sont fauchés par un agriculteur local qui récupère le foin, deux fois l'année  en juin et octobre.

Les techniques

Les tailles des arbustes et haies sont broyés pour nourrir la terre, les massifs de fleurs évitant ainsi le désherbage et limiter l'arrosage.